L’hydrolat trop souvent négligé en aromathérapie.

Mercredi 5 avril 2017 par

hydrolatLe terme d’hydrolat désigne une solution aqueuse chargée au cours de la distillation des principes volatils des végétaux. Ceux-ci ont été longtemps délaissés au profit des huiles essentielles (HE) « plus efficaces ». La démocratisation de l’aromathérapie remet au goût du jour ces produits.

En effet, à la fin du processus de distillation d’une matière première végétale pour obtenir une huile essentielle (HE), cette dernière »flotte » au dessus d’une phase aqueuse  : l’hydrolat aromatique (HA). Contrairement à une HE, dans l’HA les principes actifs sont dilués et certains composés « lourds » sont absents comme les terpènes par exemple. L’usage en est donc moins restrictif et le plus souvent dénué d’effets secondaires tant par voie interne que par voie externe. Certains composés très surveillés comme les terpènes, contre-indiqués chez le nourrisson, ne sont pas solubles dans l’eau  et ne sont donc pas présents dans l’hydrolat.

La difficulté est en fait de trouver de vrais hydrolats…

Dans le commerce, les eaux florales ne sont pas toujours synonymes d’hydrolats. Les « eaux » sont le plus souvent des produits parfumés mais totalement dénués de propriétés car elles ne contiennent pas les principes actifs. Ce ne sont, dans la plupart des cas, pas des produits de distillation mais des mélanges aux compositions variées. Si leur qualité olfactive peut être appréciée, on ne peut en attendre aucun effet « thérapeutique ».

La plus grande vigilance est donc de mise lors de vos achats, soyez attentifs aux mentions que porte l’étiquette. Le prix peut aussi être un bon indicateur  200 ml d’eau florale de rose à moins de 10€ risque fort d’être une « eau à base de… »

Nous l’avons dit précédemment, la concentration de l’HA en principes actifs est moindre, cela implique que nous pourrons l’utiliser sur des zones plus étendues, de façon répétée et pour un public pour qui l’usage des HE est  parfois peu recommandé. En cas de coup de soleil par exemple, la vaporisation d’HA de lavande ou de tilleul, même chez un enfant jeune procurera un apaisement quasi immédiat avec une sécurité d’utilisation optimale.

Les HA se conservent très peu de temps en l’état, ce qui explique aussi leur moindre exploitation. Ceux disponibles sont la plupart du temps stabilisés à l’alcool (<0.5%),  cette quantité d’alcool est très faible et a donc peu d’incidence sur l’utilisation en externe (sur la peau).

Les HA les plus courants : bleuet, rose, camomille, tilleul, fleur d’oranger, mélisse, lavande, thé vert.

Cette parenthèse sur les HA se referme, en résumé, pensez-y mais lisez bien les étiquettes!!!

N’hésitez à réagir via les commentaires.

A bientôt.

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>